Image Ordered

VMR_727: Fragments de verrières mérovingiennes provenant de l’ancienne église funéraire de Sion, Sous-le-Scex
(FR_Romont_VMR_VMR_727_1)

Contact Details

Please specify your first name.
Please specify your name.
Please specify your e-mail address.
The e-mail address is invalid.

Please provide as much information as possible (publication title, database, publisher, edition, year of publication, etc.).

Should you have any questions, please send us an e-mail: info@vitrosearch.ch.

Please read and accept the terms of use.
Title

Fragments de verrières mérovingiennes provenant de l’ancienne église funéraire de Sion, Sous-le-Scex

Type of Object
Artist / Producer
Studio
Dating
Ve et VIe siècles
Dimensions
Diverses, minimum env. 1.5 x 3 cm, maximum env. 10 x 5.5 cm

Iconography

Description

Dix-sept tessons de verres plats provenant de vitraux ornementaux mérovingiens. Les fragments sont de forme géométrique (majoritairement des triangles ou des losanges) et adoptent diverses teintes transparentes, tirant parfois légèrement sur le bleu, le vert ou le jaune. Les fragments aux teintes rouges sont plus opaques et certains présentent des stries. Les numéros d’inventaire sont inscrits à l’encre noire. L’épaisseur très fine, la surface irrégulière et les bords grugés sont caractéristiques des verres de cette période.

Iconclass Code
0 · Abstract, Non-representational Art
48A981 · ornament ~ geometric motifs
Iconclass Keywords
Inscription

Aucune

Signature

Aucune

Technique / State

State of Conservation and Restorations

partiellement altérés

Technique

Verre

History

Research

Entre 1984 et 2001, des fouilles archéologiques au cimetière paléochrétien de Sion ont mis à jour 406 tessons de verre datant du Ve et VIe siècles (Kessler, Wolf et Trümpler, 2005, p. 1 et 29). L’église funéraire se trouve dans le quartier Sous-le-Scex, au pied sud de la colline surplombée par l’église fortifiée de Valère. Les trouvailles de tels fragments de verres plats du début du Moyen Âge sont très rares en Occident (cf. Balcon-Berry, Perrot et Sapin, 2010). En Suisse, la découverte de Sion constitue à ce jour la seule de verres à vitre datant Ve et VIe siècles, ce qui en fait des témoins très précieux (Kessler, Wolf et Trümpler, 2005, p. 11 et 12). Les résultats d’analyses chimiques et techniques effectuées dans le cadre des recherches approfondies menées dès 2003 notamment par Sophie Wolf et Cordula Kessler, Vitrocentre Romont (Goll, Trümpler et Wolf, 2003) sur les fragments trouvés à Sion et au couvent carolingien de Müstaïr témoignent d’une grande similitude dans la composition des verres trouvés en Suisse avec ceux de la région méditerranéenne orientale (Kessler et Wolf, 2015, p. 15). Les chercheurs supposent qu’à Sion “du verre importé [du bassin méditerranéen oriental] et des restes de vitrages provenant de thermes romains pourraient avoir été utilisés pour composer les premiers vitraux” (Kessler et Wolf, 2015, p. 17). Les tessons comportent des traces d’éléments comme le cuivre, le plomb et l’antimoine, qui ne sont pas présents dans le verre pur et sont un indice que le verre a été refondu et est composé de verre recyclé (Kessler et Wolf, 2015, p. 16). Les verriers occidentaux coloraient le verre “avec des tesselles de mosaïques en verre qu’ils récupéraient vraisemblablement de ruines romaines” (Trümpler, 2006, p. 27). Les plaques de verre étaient fabriquées par soufflage, ou par coulage pour celles provenant des termes romaines et réutilisées. Elles étaient découpées au fer chaud ou au grugeoir. Certains tessons de Sion sont toutefois composés essentiellement de “verre brut provenant des ateliers primaires connus en Syrie-Palestine” (Kessler, Wolf et Trümpler, 2005, p. 29). Contrairement à Müstair, où la découverte de résidus et de creusets témoignent de la transformation du verre sur place, les fouilles à Sion n’ont révélé aucune trouvaille allant dans ce sens (Kessler et Wolf, 2015, p. 17). L’église funéraire de Sion n’ayant plus été utilisée dès le début du Moyen Age, il n’existe pratiquement pas de sources sur l’apparence des fenêtres (Kessler et Wolf, 2015, p. 17). On suppose que “les verres de Sion étaient peut-être montés dans des plaques de plâtre ou de pierre (”transennes”)” (Trümpler, 2006, p. 27). Les tessons étaient arrangés probablement de manière géométrique, baignant l’espace dans une lumière subtilement colorée, dépassant une utilisation purement fonctionnelle. Les 17 tessons exposés au Vitromusée, prêtés par les Musées cantonaux du Valais, portent les numéros d’inventaire suivants: SSS84 14, SSS84 29a-b, SSS84 51, SSS84 575, SSS85 254-1 (170), SSS85 405-1, SSS85 405-5, SSS85 405-8, SSS86 26, SSS86 52, SSS86 55, SSS86 61, SSS86 62, SSS86 130, SSS86 144, SSS86 809, SSS92 2917-1.

Dating
Ve et VIe siècles
Period
400 – 600
Date of Receipt
2006
Previous Location
Owner

Musée d’histoire du Valais, Sion

Previous Owner

Service archéologique du Valais

Inventory Number
SSS84 14, SSS84 29a-b, SSS84 51, SSS84 575, SSS85 254-1 (170), SSS85 405-1, SSS85 405-5, SSS85 405-8, SSS86 26, SSS86 52, SSS86 55, SSS86 61, SSS86 62, SSS86 130, SSS86 144, SSS86 809, SSS92 2917-1

Bibliography and Sources

Literature

Balcon-Berry, S., Perrot, F. et Sapin, Ch. (2010). Vitrail, verre et archéologie entre le Ve et le XIIe siècle. [actes de la table ronde réunie au Centres d’études médiévale d’Auxerre les 15 et 16 juin 2006], Collection Archéologie et histoire de l’art N° 31. Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques.

Goll, J., Trümpler, S. et Wolf, S. (2003). Forschungen zu frühmittelalterlichen Glasmalerei- und Fensterglasfunden in der Schweiz. NIKE-Bulletin, 1, 10–13.

Goll, J., Ackermann, J., Kessler, C., Wolf, S., Sennhauser, H. R., Roth-Rubi, K. et Wolf, M. (2005).

Müstair, Ausgrabung und Bauuntersuchung im Kloster St. Johann. Jahresberichte des Archäologischen Dienstes Graubünden und der Denkmalpflege Graubünden 2004, 19-35. Haldenstein/Chur.

Kessler, C., Wolf, S. et Trümpler, S. (2005). Die frühesten Zeugen ornamentaler Glasmalerei aus der Schweiz : Die frühmittelalterlichen Fensterglasfunde von Sion, Sous-le-Scex. Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, 62(1), 1-30.

Kessler, C. et Wolf, S. (2010). Early medieval window glass from Switzerland and a brief history of glass production in Europe in the first Millennium AD. Glass along the Silk Road from 200 BC to 1000 AD (p. 29–38). Mainz : Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Bettina Zorn und Alexandra Hilgner.

Kessler, C. et Wolf, S. (2015). Orientalisches Rohmaterial im Okzident veredelt. NIKE-Bulletin, 1–2, 14–17.

Trümpler, S. (2006). Fragments de verrières mérovingiennes et carolingiennes trouvés à Sion et à Müstair (Ve – IXe siècle). Dans U. Bergmann, R. Hasler, Y. Jolidon, A. Kaiser, B. Kurmann-Schwarz et S. Trümpler. Raconte-moi le vitrail… : une introduction basée sur des œuvres du Vitromusée Romont et de vitraux de la région (p. 27). Romont, Suisse : Vitromusée Romont.

Wolf, S., Kessler, C., Stern, W. B. et Gerber, Y. (2005). The composition and manufacture of early medieval coloured window glass from Sion (Valais, Switzerland) – A Roman glass-making tradition or innovative craftsmanship?. Archeometry, 47, 363-382.

Exhibitions

Dès 2006: exposition permanente, Vitromusée Romont

Image Information

Name of Image
FR_Romont_VMR_VMR_727_1
Credits
© Vitromusée Romont (photo : Yves Eigenmann, Fribourg)
Date
2016

Inventory

Reference Number
VMR_727
Author and Date of Entry
Astrid Kaiser 2016

Linked Objects and Images

Linked Objects
Fragments de verrières carolingiennes provenant du monastère Saint-Jean-Baptiste de Müstair
Version 1.2 Objects | Artists | Studios | Buildings / Institutions