Image Ordered

FR_1055: Crucifix miraculé de Belfaux
(FR_Belfaux_EgliseStEtienne_FR_1055)

Contact Details

Please specify your first name.
Please specify your name.
Please specify your e-mail address.
The e-mail address is invalid.

Please provide as much information as possible (publication title, database, publisher, edition, year of publication, etc.).

Should you have any questions, please send us an e-mail: info@vitrosearch.ch.

Please read and accept the terms of use.
Title

Crucifix miraculé de Belfaux

Type of Object
Artist / Producer
Studio
Dating
1922
Dimensions
Env. 600 x 175 cm

Iconography

Description

Au centre, un crucifix est sorti indemne des cendres du sol. Au premier plan de profil, le curé de Belfaux est agenouillé devant la croix, les mains jointes, alors qu’un homme vu de dos à gauche la tient et à droite et un jeune garçon la regarde. L’évêque, Monseigneur de Montferrand, le clergé et la population contemplent ce crucifix miraculeux alors que les ruines de l’église apparaissent à l’arrière-plan. La scène est entourée d’une bordure composée de flammes rappelant l’incendie qui a détruit totalement l’église de Belfaux vers 1470. En haut, trois papes sont assis sur des trônes. Au centre Benoît XV regarde devant lui, à gauche Pie VI se penche légèrement en avant et à droite Clément X également. Tous les trois font un signe de bénédiction à la foule en dessous. Ces trois papes ont octroyé des indulgences aux pèlerins de Belfaux. 
En bas, la procession qui clôture la mission de 1920 avec au premier plan à gauche deux femmes voilées, dont une vue de dos, et des enfants tenant des palmes et des cierges. A l’arrière-plan, la foule et plusieurs soldats à cheval précèdent la croix.

Iconclass Code
11D124 · venerating the cross
Iconclass Keywords
Inscription

PIE VI // BENOITXV // CLEMENT X (en haut) INRI (au centre sur la croix) CLOTURE DE LA MISSION 1920 (en bas au centre)

Signature

H. Broillet (en bas à gauche) 1922 / Kirsch et Fleckner, Fribourg (en bas à droite)

Technique / State

Technique

Vitrail au plomb, grisaille, jaune d’argent, émaux

History

Research

Cette verrière se situe dans la cinquième fenêtre de la nef à droite de l’église Saint-Etienne de Belfaux (FR), sanctuaire édifié en 1842-1851 par l’architecte Joseph Fidel Leimbacher et l’entrepreneur François Curty (Lauper, 2012, p. 250-251). L’atelier fribourgeois Kirsch & Fleckner réalise cette verrière en 1922 sur la base du carton de l’artiste fribourgeois Henri Broillet (le vitrail est signé en bas à droite : 1922 / Kirsch et Fleckner, Fribourg et à gauche : H. Broillet.). Près de quinze ans auparavant, l’atelier avait déjà créé, en collaboration avec l’artiste Fortuné Bovard, une grande verrière en face de celle-ci illustrant sainte Françoise Romaine. L’oculus couvrant le lanternon du choeur est probablement également de sa main et date vraisemblablement aussi de 1908. Nous ne savons pas pour quelles raisons ces deux vitraux de la nef ont été réalisés avec un tel écart temporel. Etait-ce pour des raisons financières? Existait-il néanmoins un projet datant de 1908 pour cette verrière de droite qui n’aurait pas été réalisé ? Nous ne le savons pas, mais dans le Fonds graphique Kirsch & Fleckner nous n’avons trouvé aucune maquette, ni carton précédant ce carton qui permettrait de répondre à cette question. Ce vitrail de Broillet sur le crucifix miraculé a certainement été, pour la paroisse, un excellent moyen d’immortaliser en image ce miracle afin qu’il ne soit pas oublié par les générations futures. Le crucifix est sorti pour la première fois de l’église en 1920 et emmené en procession sur les chemins du village, conduit par le clergé et une foule importante. C’est cette scène qui est représentée sur la partie inférieure du vitrail. Il est une nouvelle fois conduit en procession dans le village en 1932 (Allaz, 1986, p. 36). Au début des années vingt, Broillet est un jeune artiste verrier. Il débute sa carrière en 1916 à l’église Saint-Pierre-et-Paul à Villars-sur-Glâne avec un cycle très réussi, de mouvance art nouveau. En 1919, il fait six vitraux très soignés de dimensions modestes pour la chapelle Saint-Anne à Sommentier. Il y affirme son style et ses qualités indéniables de coloriste. La même année qu’à Belfaux, il crée quatre vitraux pour le chœur de l’église Saint-Aubin à Saint-Aubin. Ils sont parmi ses plus belles créations et témoignent de toute la maturité de l’artiste. Comme pour sa grande verrière datant de 1917 à la collégiale à Romont, il utilise la couleur avec des contrastes marquants pour créer des clairs obscurs très intenses. C’est en associant un riche panel de couleurs vives et en jouant sur les nuances de chacune d’entre elles qu’il arrive à donner une grande force à son dessin. Sa verrière pour Belfaux est une composition d’un autre ordre. Pour la première fois, il relate des faits historiques. Les commanditaires ont probablement dû lui imposer un programme iconographique précis. Les trois événements distincts, disposés en trois registres sur la verrière, exigent non seulement une forme d’exactitude dans le rendu des faits, une précision dans les portraits des personnages mais aussi une homogénéité d’ensemble et une lecture aisée. C’est grâce à la couleur qu’il rend ceci possible. Contrairement à Saint-Aubin et à Romont, il ne joue pas sur des forts contrastes mais sur des gradations de tons doux avec une dominance des verts et des bleus. Seul le corps du Christ sur la croix, sujet principal de la verrière, est rouge et ainsi mis en valeur. Cette verrière est aussi particulière par la présence très discrète de l’ornemental. Devant mettre en avant essentiellement les trois sujets demandés, il ne lui restait que peu de place pour l’ornement. La bordure de la scène centrale, composée d’une superposition de flammes, rallie le décoratif à l’histoire de l’événement illustré et ainsi son aspect ornemental devient secondaire et ne fait nullement concurrence à la scène narrative.

Dating
1922

Bibliography and Sources

Literature

Allaz, B. (1986). Le saint Crucifix de Belfaux : son histoire: les pèlerinages, les églises et les chapelles de la paroisse. Belfaux, Suisse : Paroisse catholique

Lauper, A. (2012). Belfaux. Dans Société d’histoire de l’art en Suisse (dir.), Guide artistique de la Suisse (tome 4b, p. 249-251). Berne, Suisse : Société d’histoire de l’art en Suisse.

Schöpfer, H. (1994). Belfaux : Eglise Saint-Etienne. Inventaire du patrimoine religieux (IPR). Document inédit.

Waeber, L. et Schuwey, A. (1957). Eglises et chapelles du canton de Fribourg. Fribourg, Suisse : Saint-Paul.

Image Information

Name of Image
FR_Belfaux_EgliseStEtienne_FR_1055
Credits
© Vitrocentre Romont (photo : Hans Fischer, Belgique)
Date
2017
Copyright
© Ayants droit; © Paroisse de Belfaux

Inventory

Reference Number
FR_1055
Author and Date of Entry
Valérie Sauterel 2017

Linked Objects and Images

Linked Objects
Crucifix miraculé de Belfaux
Version 1.2 Objects | Artists | Studios | Buildings / Institutions