Image Ordered

VMR_624: Le bouquet de Chagall · Profil à l’oiseau · Dédicace au verrier · Fragment initialement prévu pour la fenêtre 4 (Rebecca, “Femme de la Bible) de la cathédrale de Mainz (Mayence)
(FR_Romont_VMR_VMR_624)

Contact Details

Please specify your first name.
Please specify your name.
Please specify your e-mail address.
The e-mail address is invalid.

Please provide as much information as possible (publication title, database, publisher, edition, year of publication, etc.).

Should you have any questions, please send us an e-mail: info@vitrosearch.ch.

Please read and accept the terms of use.
Title

Le bouquet de Chagall · Profil à l’oiseau · Dédicace au verrier

Type of Object
Artist / Producer
Studio
Dating
1979
Dimensions
31.5 x 24.3 cm

Iconography

Description

Vitrail au plomb de forme irrégulière, composé de deux morceaux de verre doublé rosé peints à la grisaille et au jaune d’argent. L’œuvre représente sur la droite une tête de profil regardant vers la gauche et coiffée d’un chapeau. La partie gauche est occupée par un bouquet de fleurs tenu par une main visible sur le bas. En haut, un oiseau vole vers la droite, surmonté d’un petit croissant de lune. La signature de l’artiste est visible en bas.

Iconclass Code
24B · moon as celestial body
25F3 · birds
25G411 · cut flowers; nosegay, bunch of flowers
48B3 · portrait, self-portrait of artist
Iconclass Keywords
Inscription

Aucune

Signature

Chagall (en bas, à la grisaille)

Technique / State

State of Conservation and Restorations

Très bon

Technique

Vitrail au plomb, jaune d’argent et grisaille

History

Research

Ce vitrail, propriété du Vitromusée Romont, est un des rares de l’artiste à ne pas être intégré dans un bâtiment. Seulement treize vitraux de ce type existent dans des collections particulières (Forestier, 2016, p. 26, 28-33). Ces petites œuvres autonomes faisaient office de “récréation” pour l’artiste, où il pouvait laisser libre court à son imagination, sans contrainte liée à une commande. Les circonstances de réalisation de ce petit vitrail sont touchantes et témoignent de la complicité et la collaboration très étroite qui unissait Marc Chagall et ses peintres verriers, Brigitte Simon et Charles Marq, ainsi que Michel Pierret, contremaître de l’atelier Simon Marq à Reims. Hormis ses premiers vitraux, réalisés en 1956-1957 par le peintre verrier Paul Bony pour l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce à Assy, Chagall a toujours, dès 1958, collaboré avec l’atelier Simon Marq. Contrairement au déroulement habituel lors la réalisation d’un vitrail, Chagall a toujours renoncé à élaborer lui-même un carton à l’échelle 1:1. Il créait une maquette, qui était ensuite agrandie par procédé photographique. Sur cette base, le maître verrier décidait lui-même de l’emplacement des baguettes de plombs et choisissait les morceaux de verre. Ces derniers étaient presque toujours des verres doublés (ou verres plaqués), à deux ou d’avantage de couches de couleurs. Un minutieux travail à l’acide permettait ensuite au verrier d’obtenir dans le même verre de subtils dégradés de couleurs. Après cette étape, les verres étaient mis provisoirement au plomb et recouverts d’une fine couche de grisaille. Cela se faisait, dès 1974, dans l’atelier de l’artiste à Saint-Paul-de-Vence (Forestier, 2016, p. 27, ill. p. 234 et 235). C’est là qu’intervenait Marc Chagall: il peignait lui-même les détails à la grisaille, apportait du modelé, animait la surface du verre. Parfois, l’artiste grattait dans la couche de grisaille avec son doigt ou la pointe du pinceau (cf. témoignage de Stéphanie Marq de l’atelier Simon Marq, dans [anyma], 2014). Stefan Trümpler relève la “chimie lumineuse” de la surface de verre, le “microcosme” pictural que Marc Chagall faisait naître avec l’application de la grisaille (Hazan-Brunet, 2007, p. 96-100). A la suite de l’application de la grisaille par Chagall, les verres étaient cuits, puis mis au plomb définitivement. Les nombreuses années de collaboration et la grande complicité entre l’artiste et ses verriers permettaient à Charles Marq et Brigitte Simon d’être à même d’interpréter et de deviner les intentions de l’artiste sur la base de la maquette. Il arrivait cependant que Marc Chagall, insatisfait du choix d’un verre ou d’une teinte, demande que le verre en question soit remplacé. C’est ce qui est arrivé pour les deux fragments qui ont donné naissance à ce vitrail intitulé “Le bouquet de Chagall” ou “Profil à l’oiseau”. En 1979, l’artiste, alors âgé de 92 ans, travaille à ses derniers vitraux pour l’église Saint-Etienne de Mayence (Mainz, D) (cf. Forestier, 2016, p. 188-189). Lorsqu’il s’installe pour appliquer la grisaille sur le panneau consacré à Rebecca, il souhaite que deux morceaux soient remplacés. Les deux fragments proviennent du vitrail gauche du chœur, dédié aux “Femmes de la Bible”. Ils font partie de la représentation du puits où Rebecca vient puiser de l’eau (Genèse, XXIV, 10-15). Michel Pierret, ancien chef d’atelier qui, depuis 1960, s’occupait de la découpe de tous les verres des vitraux de Chagall (cf. [anyma], 2014), s’emploie alors à remplacer les verres souhaités. En règle générale, les verres refusés étaient jetés. Dans ce cas-ci, Michel Pierret s’approche de l’artiste durant une pause et lui demande s’il accepterait de lui peindre quelque chose sur les deux morceaux de verre. L’artiste, très spontanément, peint ce bouquet de fleurs, en remerciement pour toutes leurs années de collaboration. Le profil à droite, bien que simplement esquissé, présente de grandes ressemblances avec l’artiste: il pourrait s’agir d’un autoportrait. Une huile sur toile datant de 1914, se trouvant dans une collection privée et portant le titre “Autoportrait de profil”, montre le même profil caractéristique de l’artiste, avec un bouquet de fleurs (Self Portrait in Profile, Marc Chagall, s. d.). Le bouquet de fleurs, l’oiseau et la lune sont des motifs récurrents dans l’œuvre de Marc Chagall. Bella Meyer, petite-fille de l’artiste, souligne l’omniprésence des bouquets et témoigne que Chagall était toujours entouré de fleurs (Perry, 1993, p. 66-71). Le relevé du vitrail de Mayence est toujours conservé dans l’atelier des verriers à Reims. Il s’agit du tracé du réseau de plomb, comportant aussi des inscriptions relatives au choix des couleurs, au travail à l’acide et à l’application du jaune d’argent. Sur le relevé, les habituels chiffres faisant référence à la teinte du verre choisi sont accompagnés d’un point d’interrogation, et il n’y a pas d’indication sur le travail à l’acide, ni sur l’application du jaune d’argent (cf. [anyma], 2014). Cela veut certainement dire que Charles Marq avait dès le départ des incertitudes quant à ces deux pièces de verre. Le vitrail exécuté présentera finalement à cet emplacement trois morceaux de verre, avec l’ajout d’un plomb et un changement de ton (voir ill. dans Forestier, 2016, p. 196). Plusieurs similitudes peuvent être relevées entre l’œuvre conservée à Romont et le vitrail réalisé en 1962 pour l’abbaye Saint-Pierre de Moissac: la tonalité de base, la présence d’un bouquet de fleur et celle d’un portrait. De plus, le panneau de Moissac a également été peint très spontanément lors d’une séance de travail dans l’atelier Simon Marq (Forestier, 2016, p. 48-49). L’huile sur toile “Le visage bleu” peint en 1967 (Collection A. Maeght, Paris) a comme sujet principal le profil d’un personnage tenant un bouquet de fleurs, avec une composition très similaire au vitrail de Romont, toutefois inversée (ill. dans Haftmann, 1975, p. 148). Les circonstances de réalisation de ce vitrail ont fait l’objet d’un film documentaire tourné en 2012 dans l’atelier Simon Marq à Reims à l’initiative du Vitromusée Romont ([anyma], 2014).

Dating
1979
Date of Receipt
27.11.2011
Donator / Vendor

Michel Pierret, Reims, France (vendeur)

Owner

Vitromusée Romont

Previous Owner

Michel Pierret, Reims, France

Inventory Number
VMR 624

Bibliography and Sources

Literature

anyma, Vitromusée Romont (producteur). (2014). Le bouquet de Chagall [Film documentaire]. Fribourg: [anyma].

Église Saint-Étienne de Mayence. (2016, dernière version). Dans Wikipedia, l’encyclopédie libre. Repéré sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Église_Saint-Étienne_de_Mayence.

Forestier, S., Hazan-Brunet, N., Jarrassé, D., Marq, B., Meyer, M., Lyon, H. (2016). Les vitraux de Marc Chagall. Paris: Editio – Editions Citadelles & Mazenod.

Haftmann, W. (1975). Marc Chagall. Zürich: Buchclub Ex Libris.

Hazan-Brunet, N., Meyer, M., Sauterel, V., Tarenne, V., Trümpler, S. (2007). Chagall, le vitrail – Die Glasmalerei. La Couleur de l'Amour. Romont: Vitromusée Romont.

Ivoire Reims [catalogue de vente aux enchères[, dimanche 27 novembre 2011 à 14h. Photo de couverture.

Perry, P., Mentré, M., Bouchon, Ch., Jarrassé, D., Meyer, B., et Tisserand, G. (1993). Chagall et le vitrail: “de la pierre à la lumière”. Clermont-Ferrand: Musée des beaux-arts.

Self Portrait in Profile, Marc Chagall. (s. d.). Dans Wikiart. Repéré sur https://www.wikiart.org/en/marc-chagall/self-portrait-in-profile-1914

Exhibitions

Dès juillet 2016: exposition permanente, Vitromusée Romont

Image Information

Name of Image
FR_Romont_VMR_VMR_624
Credits
© Vitromusée Romont (photo : Yves Eigenmann, Fribourg)
Date
2014
Copyright
Chagall ® / © 2016, ProLitteris, Zurich

Inventory

Reference Number
VMR_624
Author and Date of Entry
Astrid Kaiser 15.12.2011, 2017
Version 1.2 Objects | Artists | Studios | Buildings / Institutions